Archives de Catégorie: transformation

Veste « Brésilité secrète »

Par défaut

J’avais parlé il y a quelques mois d’un patron de veste Vogue que j’avais acheté. Bon, je suis heureuse de finalement pouvoir vous la présenter complètement terminée:

P1050210

(pas repassée car THIS IS SPARTA)

Oui, elle ne ressemble pas tellement à la photo de l’enveloppe. Voici une image pour vous rafraichir la mémoire:

P1050231

 

Je ne gaspillerai donc pas votre temps précieux pour parler du patron (classé « très facile » et qui l’est vraiment) et je ne parlerai que des modifications.

D’abord, j’ai décidé de la doubler. Le tissu suggéré était la polaire, et même si c’est tout doux je ne voulais pas un truc en une seule couche. J’ai trouvé ce lainage chez Toto, ainsi que le MERVEILLEUX tissu de la doublure (que vous verrez un peu plus bas).

Ensuite, je n’aimais pas l’encolure originale, qui remontait sur le cou. Personnellement, je déteste ça, d’autant plus que je suis allergique à la laine, une raison de plus de la changer. J’ai profité du fait que les cols claudine sont à la mode (et qu’ils sont très simple à dessiner et à construire) pour descendre l’encolure originale et la remplacer par ça.

P1050214

Puis, bien sur, la longueur; en effet, ce manteau était déjà « prêt » en février mais dans la version « longue » suggérée par le patron; or, cette version m’arrivait pile sur la partie des hanches/cuisses qu’il fallait pour me faire paraitre une bouteille d’Orangina. Du coup je me suis armée de courage et j’ai coupé à une hauteur plus praticable.

J’ai également fait des ajustements mineurs sur le patron, par exemple pour affiner la taille, mais le principal c’est ça.

J’ai baptisé cette robe « brésilité secrète » car en allant chez Toto j’ai découvert ce MERVEILLEUX tissu dans la pile de coupons vendus au poids:

P1020426

(pas repassé non plus car JE SUIS HERCULE).

Pour ceux qui ne connaissent pas, les deux individus sont le premier empereur du Brésil dans le XIX siècle (D. Pedro I) et sa femme; on voit le drapeau impérial et plein de symboles du Brésil-colonie (raras, esclaves, bananiers, paysages de Rio) et du Portugal (carrelages, couronne). Je n’ai pas encore saisi ce que veut dire « Blue Man » mais je pense que ça viendra.

Donc cette veste « sérieuse » ressemble à ça quand on l’ouvre:

P1050215(malheureusement les bananiers ont été coupés quand j’ai raccourci la veste…)

et l’intérieur est comme ça:

P1050225

 

J’ai choisi de faire les manches en blanc avec des poignets coloriés car je n’avais qu’un tout petit morceau de tissu et de toute façon la doublure n’est pas visible aux manches.

Au début j’avais créé des poches dans la couture (autre grande modification par rapport au patron originel) mais elles ont été perdues lors de la coupe; du coup j’ai fait des poches appliquées rondes comme suggéré par M. Vogue, sauf que je les ai doublées pour suggérer ce qu’il y a à l’intérieur de la veste:

P1050213

Une rara rouge

 

P1050212Dona Leopoldina, IMPERATRICE DU BRÉSIL!!!

En somme, tout ce que j’ai utilisé du patron originel c’étaient les épaules, les emmanchures et les manches… ça tombe bien car c’est le plus compliqué à dessiner/ajuster soi-même!

Avez-vous déjà modifié radicalement des patrons du commerce? Ça s’est bien passé?

Et une autre petite photo pour la route:

P1050223

 

 

Tutoriel – la robe la plus simple du monde avec 2 t-shirts

Par défaut

P1040973

 

Le weekend dernier a été vachement productif grâce à mon nouvel espace de travail (yay!). J’ai ainsi deux nouvelles realisations dans mon garde-robe: le Bow-Tie Bikini et cette Robe à Deux Tshirts (Double T-Shirt Dress) basée sur une série d’images vues sur Flickr. Elle est tellement cool et – même – élégante qu’il est difficile à croire qu’il faut couper un minimum et coudre presque rien (trois coutures seulement!). J’ai déjà découvert au moins quatre manieres différentes de la porter et je suis sure qu’il y en a plus.

Et elle a des poches en plus!

P1040965

(désolée des photos caca, j’ai du les faire moi-même).

Voici donc comment procéder…

Lire la suite

Transformation de tshirts: des shorts de gym

Par défaut

DSC02560

Je suis la première à admettre que cette transformation n’est pas la plus élégante ni la plus appropriée à tous les types de corps, mais il faut quand-même reconnaitre qu’elle est intelligente. On commence avec un tshirt grande taille et on finit avec des shorts bien confortables pour rester à la maison ou faire du sport (vu que c’est du coton, les shorts sont bien respirants). Une autre idée excellente serait de profiter des vieux tshirts de papa et maman pour faire des vêtements confortables pour que les petits puissent jouer à volonté…

J’ai vu le tuto pour la première fois sur Cut Out & Keep, mais il parait avoir été supprimé 😦 Ça fait presque trois ans que je les ai fait, donc je ne me souvenais pas trop exactement de la méthode.

Heureusement l’internet est grande et toute-puissante, et grâce à ça j’ai pu retrouver le même tuto sur un autre site de travaux manuels, le vénérable Craftster. On va espérer qu’il y restera ! Le voici: T-shirt shorts.

Pour ceux et celles qui ont des difficultés avec la langue de la reine, il suffit de penser que les emmanchures (càd le trou où sont cousues les manches) serviront comme l’entrejambe (il est mieux d’ouvrir un peu plus la courbe du derrière  pour accommoder les fesses si elles sont volumineuses). Le tuto résumé est comme suit (consulter aussi les photos du billet original):

Couper les manches et le haut du tshirt en suivant la courbe, puis diminuer la longueur selon celle souhaitée pour le short (en laissant 2-3cm pour l’ourlet).

Coudre la courbe des emmanchures en les fermant. Profiter de cette étape pour faire un ourlet régulier pour le short.

Ouvrir le « tube » obtenu et faire coincider les deux coutures des emmanchures, endroit contre endroit. Vous remarquerez que ça fait déjà une forme de short, manquant juste la couture intérieure des jambes. Faire cette couture.

Finalement, faire un tube large (4cm)  avec ce qui reste de tissu, le coudre à la taille du short et passer un élastique (c’est ce que j’ai fait) ou un cordon dedans pour le serrer. Et c’est tout !

J’en ai fait deux à l’époque, en faisant attention pour préserver l’image du tshirt. Mon conseil est d’utiliser les configurations de couture élastique de votre machine, ou alors un zigzag fin et bas, pour que les coutures ne puissent pas se défaire (ça m’est arrivé sur la première version de ce short, heureusement j’étais chez moi !).

DSC02557

Petites réparations

Par défaut

P1010429

J’ai pas mal réalisé de vêtements pendant ces trois dernières années. Pourtant, il y a certaines de mes créations que j’ai rarement portées. Cette semaine, ayant eu un peu de temps libre, j’ai décidé de les analyser et comprendre pourquoi je ne me sentais pas bien dedans.

J’ai commencé par la Robe Science, dont j’ai parlé il n’y a pas longtemps. Je l’ai mise pour la fête de la musique puisqu’elle est confortable. Mais je me sentais un peu bizarre dedans. La robe me paraissait un peu trop longue pour le modèle trapèze et la finition ne me plaisait pas – la partie haute ne « collait » pas bien avec la jupe. Ainsi, après l’avoir lavée, je me suis remplie de courage et commencé à couper.

DSC03860

La finition originelle

J’ai coupé autour de la ligne de couture, en éliminant toute la bande inférieur du tshirt rouge et en le séparant de la jupe dans le processus.

Puis il a suffi de recoudre la jupe au tshirt en suivant la ligne de la robe. Il m’a fallu diminuer un peu la largeur de la bande blanche pour ce faire. Un bon repassage et j’ai une « nouvelle » robe tshirt facile à porter, d’une longueur plus agréable (la robe a perdu autour de 4cm) et avec une finition plus lisse.

P1010436

P1010459

Nouvelle finition

P1010460

À l’envers

Ensuite, il fallait penser à ma vieille Robe Kimono. Je ne comprends pas trop pourquoi, mais l’ayant déjà portée plusieurs fois à l’époque où je l’ai terminée, ça m’a un peu choquée de l’essayer un jour et constater qu’elle ne m’allait pas (ou plus) du tout. La ceinture était trop large et trop molle, les deux côtés n’étaient pas pareils… enfin, plein de petits problèmes.

Pour les résoudre, il m’a fallu un petit peu plus de courage, non pas exactement pour couper dedans (ça n’a pas été nécessaire), mais pour défaire une bonne partie de mon travail.

D’abord, il a fallu défaire presque entièrement la fermeture éclair invisible sur la latérale, histoire de pouvoir diminuer la ceinture et égaliser les côtés (de l’autre côté il a suffi de pincer l’excès et de le coudre). J’ai retiré 1cm de chaque côté, dans un total de 4cm.

En essayant la robe sur moi, il était facile de voir que la ceinture manquait aussi de fermeté. Je l’ai donc mesurée et coupé un morceau de thermocollant maille à la taille approprié (n’utilisez pas le thermocollant papier qu’on trouve partout, c’est juste pas agréable de l’avoir près du corps).

L’idéal aurait été, bien sur, de doubler la ceinture entièrement avec le thermocollant au milieu, mais même pas dans un million d’années j’allais défaire la robe pour ça. Du coup j’ai juste thermocollé la ceinture sur l’envers:

P1010461

Et pour garantir que ça tiendrait (vu que la colle a la sale tendance de partir avec la sueur et les lavages) j’ai cousu les lignes de côté et aussi passé une couture sur la ceinture elle-même, superposée au sillon de la couture originale:

P1010463

Et de cette manière la robe est devenue bien plus ajustée, confortable et facile à porter. Voici quelques images:

P1010434

P1010433

P1010432

Maintenant elle embrasse bien mieux le corps et la ceinture plus rigide fait plus penser à un obi de kimono.

Moralité: même si une création vous a déjà couté des heures innombrables de travail, il vaut bien la peine de lui en dédier quelques-unes de plus si le résultat est moins que parfait… Je considère avoir gagné deux nouvelles robes pour mon garde-robe cette semaine !

Transformation de t-shirts: chemise pirate

Par défaut

Bon, je reviens d’un voyage de 10 jours et je n’ai pas eu énormément de temps de m’occuper de cet espace. Vu que les transformations de tshirts semblent jouir d’un certain succes parmi mes lecteurs (et parmi ceux qui arrivent grâce à des recherches sur Google) je vais en partager une autre, pas une robe mais un haut cette fois: la chemise pirate.

DSC02555

L’execution en est bien simple. J’ai commencé, encore une fois, avec un vieux tshirt de Monsieur. La différence entre ce haut et les petites robes montrées ailleurs est qu’ici on peut aisément utiliser un tshirt à notre taille, aucun besoin d’en choisir un plusieurs tailles plus grand pour avoir assez de tissu.

Puis il est question de couper les manches et ajuster la taille du tshirt selon vos mesures. Utilisez un de vos débardeurs comme modele. Coupez aussi la forme du décolleté (qui peut être rond ou en V selon votre préférence). L’idée c’est de créer un nouveau débardeur.

Painting (1)

Je ne connaissais pas encore les techniques de finition de tshirts à l’époque où j’ai réalisé cette piece, donc j’ai juste plié les parties coupées 1cm vers l’arriere et cousu pour leur donner une finition.

Ensuite, j’ai pris une chemise blanche que j’avais acheté à 1 euro aux Puces. Elle était trop grande pour moi, mais parfaite pour ce projet. Je ne voulais pas de manches longues, donc je les ai coupées 2cm après la couture de l’épaule et laissées sans finition – ce traitement « grossier » est en ligne avec le theme « pirate » de la chemise. puis, en fermant les boutons, j’ai coupé la chemise dans le sens de la largeur à la hauteur de la poitrine et un peu au-dessus des hanches (il faut mesurer cette hauteur par rapport à l’ourlet du débardeur que nous venons de créer).

Painting

Il suffit alors de monter la chemise coupée dans le débardeur, en l’attachant avec des points invisibles. On crée ainsi un effet de sobreposition sans augmenter le volume du vêtement au niveau de la taille ni créer des plis disgracieux.

Painting (2)

C’est un garçon !

Par défaut

DSC03959

Oui, c’était un garçon mais ce n’est pas moi qui l’ai eu. Je voulais juste partager avec mes chers lecteurs le cadeau que j’ai fait – en couture, bien évidemment – pour le plus jeune marmot d’un de mes amis. Les patrons ne sont pas à moi – le chapeau c’est un projet très sympa qui s’appelle « He’s all boy »  qui à mon voir détruit le mythe selon lequel il est moins intéressant d’habiller des petits garçons que des petites filles – et les chaussures viennent d’ici. Les deux sont en anglais.

Le gamin ne les a pas encore portés car il est encore trop petit (ou c’est moi qui ai mal calculé la taille) mais je suis bien curieuse du résultat.

Toutes les pièces, ainsi que leurs doublures, ont été faites avec des vêtements récupérés aux puces – un vieux pantalon d’homme, un vieux tshirt (à l’intérieur du chapeau), des vieux pyjamas en polaire (à l’intérieur des chaussures).

J’ai encore des doutes sur mes instincts maternels, mais je pense que je ne suis pas une si mauvaise tata que ça…

Transformation de t-shirts – la robe Science (robe trapèze)

Par défaut

MISE À JOUR DU 01/07: j’ai un peu changé la robe Science; la nouvelle version est ici.

J’ai remarqué qu’une des principales recherches attirant des lecteurs à ce petit blog a rapport à la transformation de t-shirts pour en faire des robes. J’en ai déjà montré quelques-unes ici et ici; j’ai également parlé de la réutilisation de t-shirts pour en faire d’autres t-shirts; et là je montrerai encore deux autres modèles de robes nés de l’immense pile de vêtements rejetés par M. Tites Mains.

DSC04245

P1000293

La première est une robe « trapèze » de construction très simple dont je donne le pas à pas ici. Je parlerai de la deuxième dans mon article détaillé sur les t-shirts dans un proche avenir, mais ce n’est pas difficile de le déduire…

1. Choisissez deux t-shirts dont la couleur aille bien ensemble. L’idéal est que celui du « haut » ait une image qui vous plaise ou une belle couleur sans image du tout, et une couleur neutre et pas d’image pour celui d’en bas. J’ai choisi ce t-shirt « Science » auquel j’ai sauté dessus au moment même où M. Tites Mains a fait mention de s’en débarasser (il a même des petits trous dedans…), puis un t-shirt blanc simple qui avait juste un petit logo sur la poitrine (morceau qui ne serait pas utilisé).

DSC03834

2. Choisissez un haut qui vous aille bien, surtout au niveau des épaules, et utilisez-le comme guide pour tracer le haut de la robe. L’idéal est de le faire sur une moitié du t-shirt (au pli) pour que les deux côtés soient bien symétriques. Tracez le devant et le dos séparément de préférence (ici ça n’a pas été nécessaire car ils étaient presque identiques).

DSC03836

Vous remarquerez que dans mon tracé j’ai élargi un peu les côtés à partir de l’épaule, traçant une ligne presque droite (avec une légère courbe pour la taille, histoire de ne pas créer une impression tubulaire du corps) jusqu’au bout du t-shirt pour créer le format trapézoïdal.

DSC03837

3. Ajoutez les coutures (environ 2cm), coupez et épinglez les côtés et les épaules. Bâtissez et enfilez ce haut. Mesurez sur votre corps la longueur désirée pour la jupe. Marquez aussi les modifications nécessaires (largeur, ligne de taille etc.) et faites-les. Puis fermez la robe à la machine.

4. Ensuite, mesurez l’ouverture du cou et des emmanchures avec le mètre ruban.

DSC03845

Nous allons utiliser les manches du t-shirt originel pour les finitions. Ouvrez-les à la couture et coupez-les en tranches d’environ 3cm de largeur, comme montré:

DSC03846

5. Pliez ces bandes en deux dans le sens de la longueur, repassez et épinglez-les sur l’endroit à la ligne du cou et aux emmanchures du haut de la robe, en tirant légèrement sur les rubans (en effet ils doivent être environ 1/4 plus courts que les ouvertures pour bien se placer sur le corps. Je ne l’ai découvert que trop tard, du coup mes finitions sont un peu béantes).

DSC03848

6. Retournez les finitions vers l’envers et surfilez à 3mm du bord. J’ai utilisé du fil contrastant (surtout car je n’avais pas de fil rouge…).

DSC03859

7. JUPE: Sur le deuxième t-shirt, mesurez deux fois la longueur de la jupe (i.e., pour une jupe de 20cm, mesurez-en 40cm, plus 2cm pour la couture) et coupez, en préservant l’ourlet original du tshirt. Ouvrez la latérale.

DSC03839

Puis, pliez ce morceau en deux dans le sens de la hauteur; vous aurez ainsi une longue bande avec la longueur voulue pour la jupe. De cette manière  la jupe sera « doublée », ce qui crée une ligne plus élégante à la robe (en la tirant vers le bas). Passez un surfil en suivant la couture de l’ourlet du t-shirt (dans la même couleur ou une couleur contrastante) pour tenir les deux morceaux en place.

DSC03840

ATTENTION: La longueur de ce morceau de tissu ne sera peut-être pas suffisante, ou ce sera trop grande, pour votre corps. Mesurez le bas du haut de la robe et si nécessaire, rajoutez un morceau à la jupe ou réduisez-la.

8. Finalement, divisez la jupe en 4 sur les lignes de couture et faites le même sur le t-shirt, en marquant des points discrètement à la craie.  Épinglez-les endroit sur endroit en faisant coïncider les quarts.

DSC03857

N’oubliez pas que la couture de côté de la jupe doit coïncider avec celle du t-shirt, de préférence du côté gauche.

9. Enfilez la robe pour voir si tout va bien (surtout la longueur de la jupe), faites les corrections nécessaires, cousez et surfilez la jupe sur la couture d’ourlet originale du t-shirt.

DSC03860

Et c’est tout. Mes photos ne sont pas géniales car la robe est mal mise sur le mannequin et pas repassée; je m’en excuse. Mais je vous promets que l’effet final n’est pas mal du tout… Voici une vue de côté, pour montrer comment elle embrasse les formes (c’est confortable comme tout) :

DSC04247

J’espère que ce petit tuto soit assez clair; n’hésitez pas à m’envoyer vos doutes dans un commentaire!

MISE À JOUR DU 01/07: j’ai un peu changé la robe Science; la nouvelle version est ici.

Je fais des tshirts : Le monde est à moi !

Par défaut

P1000297

En nettoyant mon garde-robe récemment je m’en suis rendu compte – et pas pour la première fois – que, comme beaucoup de femmes, j’ai beaucoup trop de fringues, mais au moment de m’habiller je n’ai jamais rien à me mettre dessus.

Dans mon cas au moins, la raison en est très simple : j’ai beaucoup de robes habillées et pas assez de pièces basiques, à porter tous les jours. Du coup, à chaque fois qu’il me faut aller dans un endroit informel – le supermarché, chez un ami, au cours de couture – je suis réduite à porter toujours les mêmes vieilles fringues que tout le monde a déjà vu mille fois car je manque de variations. En prime, M. Petites Mains change rarement de son uniforme de jean+tshirt, ce qui rend mes pauvres belles robes encore plus déplacées quand on sort avec des amis juste pour boire un verre ou quelque chose comme ça.

Je souffre aussi d’un autre défaut commun à beaucoup de femmes qui apprennent la couture : nous ne voulons faire que des belles fringues. C’est tellement simple et pas cher d’acheter des tshirts que personne voudrait perdre quelques heures de sa vie pour en fabriquer. À cause de ce genre de pensée, j’ai longtemps méprisé les tutos sur internet qui montraient aux les apprenties couturières comment faire des tshirts – même si c’est exactement ça qui manquait à mon garde-robe, et même si je trouve difficile de trouver dans le commerce des produits qui m’aillent bien, avec une certaine qualité et un prix juste.

Mais depuis quelques semaines je me dédie finalement à changer cette situation. J’ai trouvé des beaux jerseys, bien légers comme je les aime, et je veux les transformer en petits hauts pour la vie de tous les jours.

Bien sur, coudre avec des jerseys n’est pas évident – tout le travail de création du patron, de coupe et de couture est différent par rapport aux tissus non-extensibles. Ainsi donc, pour m’entrainer j’ai encore une fois ouvert ma malle de Mary Poppins pour en sortir les vieux tshirts de Monsieur – j’en ai un stock assez important en ce moment et c’est toujours bien d’en utiliser quelques-uns. En plus, si j’en gâchais dans le processus ce n’était pas très important.

Mes premiers tshirts sont donc des cousins du monstre de Frankenstein ; tandis que ce malheureux était construit avec des morceaux de gens morts, mes tshirts sont faits avec des morceaux de tshirts morts. En certaines occasions j’ai profité de l’image imprimée sur la pièce, en d’autres juste du tissu car la couleur me plaisait.

Mon patron basique a été dessiné  ayant pour base ce tutoriel (en anglais) chez madmim.com et il me va tres bien, quoiqu’il manque encore quelques ajustements (surtout sur les manches, mais j’y arriverai!).

Voici quelques photos de mes premières créations, que j’espère pouvoir expliquer en plus de détail dans des billets futurs !

P1000279 P1000158 P1000148

Tutoriel – Une robe pour célébrer le printemps

Par défaut

Si vous êtes comme moi, vous passez des heures et des heures devant votre ordi en train de chercher des tutos, patrons et inspiration pour votre prochain projet en couture. Si vous êtes comme moi, cette activité vous prend bien plus de temps que la couture elle-même, et une bonne partie de ces projets rêvés reste pendant des semaines, des mois ou des années oublié dans un coin de vos Favoris sans jamais voir le jour.

C’est peut-être honteux, et ce temps pourrait sans doute être mieux profité, mais je préfère le considérer comme un temps dédié à la construction d’une « mémoire de la couture » dans mon inconscient. Je ne sauve pas tout ce que je vois sans penser, mais juste ce qui peut m’intéresser et que je pourrais vraiment porter dans la vraie vie; ces idées restent au fond de ma tête et, comme le vin, elles fermentent, se combinent, prennent une vie mentale avant d’éclore par mes mains. C’est ce processus qui m’a permis récemment de pondre cette sympathique robe de célébration du printemps:

DSC04425

Et j’en suis assez fière ! Cette robe est une preuve du succès de mes cours de couture – je ne pense pas (étant par nature très impatiente) que j’aurais acquis toute seule la discipline nécessaire à créer un produit aussi fini.

Ma principal inspiration est venu de ce tutoriel (en anglais), qui – c’est facile à voir – est adapté à une robe de petite fille. Cela veut dire entre autre que la robe peut être enfilée par la tête sans aucune sorte de fermeture éclair, ce qui ne pourrait pas être le cas avec la mienne – au moins si je veux garder cette silhouette de sablier dont je m’enorgueillis. Mais j’aimais beaucoup cette jupe style « sac à papier« , ainsi que le fait d’avoir un haut en maille, qui embrasse la figure et est plus confortable pour tous les jours qu’un haut en tissu non-élastique plein de pinces et de plis.

Donc un jour, je séparais des fringues non-utilisées pour les donner à Emmaüs (un rituel que je conseille à tous mes lecteurs et lectrices) et je suis tombée sur ce petit haut que j’avais acheté à 1€ aux puces et qui finalement ne m’allait pas du tout:

DSC04351 DSC04350

Oui, vous aurez remarqué qu’il ne s’agit pas du tout du même haut utilisé pour la robe. En fait, celui-là était tellement de mauvaise qualité que le tissu n’a pas supporté le processus de transformation et a du être remplacé (je n’ai pas pris le nouvel haut en photo avant de le coudre à la robe). Je vous le montre là car j’ai pris certaines photos du processus avec lui, mais aussi pour vous donner un conseil: Choisissez un haut une taille plus grande que la vôtre, au lieu d’un haut exactement à votre taille. Vous aurez besoin de quelques cm de plus sur le dos pour la fermeture éclair, et si le haut est trop juste la robe risque de devenir excessivement serrée.

Apres avoir choisi le haut et décidé le modèle de robe que je voulais faire, j’ai ouvert ma malle magique à tissus (que je n’arrive jamais à fermer car je ne suis pas le programme des 7 pas des Accumulateurs Anonymes de Matières Textiles) et j’ai cherché des tissus qui pourraient aller avec. Vu que le haut était rayé, il fallait choisir une couleur unie pour ne pas créer de conflit. J’avais un beau coupon en coton beige que le vendeur de Stop Tissu m’avait offert la dernière fois que j’y suis allée ; je l’ai donc enroulé sur le mannequin et attaché avec une écharpe pour voir l’effet :

DSC04346

Et ça m’a bien plu 🙂 Pour les mesures, il fallait prendre en compte le fait que la jupe serait plissée en haut. Il y a des calculs spécifiques pour ça; pour simplifier, je vous dirai que vous aurez besoin de deux morceaux de tissu rectangulaire identiques (devant et dos) : un des côtés de ce rectangle aura la mesure de la longueur de la jupe + 5cm (dans mon cas, 70cm) et l’autre aura 1,5x la valeur de votre taille. C’est à dire qu’au total, les deux morceaux côté à côté auront 3x la valeur de votre tour de taille.

Par exemple: ma taille fait 65cm; j’y ai rajouté 2cm pour prendre en compte le volume du haut qui sera cousu à la jupe. Ainsi 67cm x 3 = 201cm. On peut ignorer le 1cm et couper simplement deux morceaux de 100cm x 70cm. Repassez-les bien, si nécessaire.

DSC04352

Prenez alors un de ces morceaux et coupez-le au milieu (faisant deux morceaux de 50 x 70 cm). C’est sur cette ouverture qu’on va insérer la fermeture éclair. « Mais », me demanderez-vous, « cela ne causerait pas un problème de proportion, du fait qu’en considérant les valeurs de couture le dos deviendra ainsi plus petit que le devant? » Et moi de répondre: Non, et c’est même vachement malin comme méthode. En fait, à la création des patrons, le dos des pantalons et des jupes est normalement dessiné avec 1cm de moins (de chaque côté) par rapport au devant; cela crée une illusion d’optique qui fait croire au badaud que votre derrière est plus petit qu’en réalité.

Cousez les morceaux ensemble, en formant le corps de la jupe (le grand morceau entre les deux petits). Ma valeur de couture a été de 3cm partout. Repassez couture ouverte. Puis pliez un ourlet de 5cm vers l’envers et épinglez-le.

DSC04354

Ensuite nous allons faire les plis ! Je ne saurais pas expliquer comment procéder, mais ça me parait naturel. Mes plis ont une surface de 3cm environ (ce n’est pas grave s’ils ne sont pas tout à fait identiques). Épinglez-les bien pour les maintenir sur place. La mesure finale du haut de la jupe doit être à peu près égale à votre tour de taille total (avec 5-6cm de plus pour la fermeture éclair).

DSC04363

Puis, passez tout bêtement une couture droite à 4cm pour tenir le plissé en place. Cette couture sera couverte par la ceinture, ne vous faites pas de soucis…

DSC04366

Fermez avec des épingles l’ouverture à l’arriere de la jupe (valeur de couture : 3cm), en laissant 22cm en haut – ce sera l’ouverture pour la fermeture éclair. Fermez en bas avec une couture droite.

La jupe est quasiment prête ; on va s’occuper ensuite du haut avant de les coudre ensemble. Enfilez le haut (ou, si vous avez un mannequin, profitez-le) et puis la jupe; fermez l’ouverture arrière et attachez-la à la bonne hauteur avec une ceinture quelconque. Vérifiez si le haut est bien mis sur le corps, sans un excès de tissu ou des plis bizarres. Souvenez-vous que nous allons encore en couper un morceau à l’arrière. Avec une épingle bien voyante, marquez sur le devant et sur le dos le point où la jupe devra tomber (très important).

DSC04401(vous voyez ici le miracle du remplacement des hauts marins)

Avant de marquer le dos, pincez-le bien au centre pour marquer la quantité de tissu qui sera retirée pour l’insertion de la fermeture éclair. Marquer ce pli avec une épingle. Puis retirez la jupe et le haut et épinglez le pli du dos de bas en haut (THE PLOT THICKENS). J’espère que ce sera plus clair avec la photo !

DSC04392

Ce pli montre le matériel qui sera retiré lors de l’insertion de la fermeture éclair. Mais AVANT de couper l’ouverture, nous allons thermocoller le milieu dos, histoire de le renforcer contre la tension causé par les mouvements de la fermeture éclair. Mesurez la hauteur et la largeur du pli et coupez une bande de thermocollant à la bonne taille.

DSC04395

J’ai utilisé du thermocollant « maille » ou « laine », qui est fait en tissu et infiniment plus souple que la triplure en papier que tout le monde connait. Ce n’est pas très facile à trouver mais je vous le conseille vivement (à Paris, regardez chez i.E.E.s, 10 rue de l’échiquier, ou chez Fil 2000, rue Réaumur). Un thermocollant en coton (trouvable à Toto) marcherait bien aussi ; la variété papier est à éviter.

Avant même de penser à ouvrir le dos ou à installer la fermeture éclair, nous allons coudre le haut sur la jupe; ainsi, nous garantissons que les rayures ne vont pas faire n’importe quoi. Enfilez le haut dans la jupe à la hauteur marquée et épinglez-le bien sur place. Si vous avez encore des doutes, enfilez la robe à nouveau pour être sur que la position du haut est bonne. Si tout va bien, vous pouvez passer une couture droite pour joindre les deux parties – essayez de suivre la même couture faite pour le plissé. En arrivant à l’ouverture du dos de la jupe, laissez environ 3cm de chaque côté.

DSC04403

En tournant la robe à l’envers, nous constatons qu’il reste un bon morceau du haut qui ne sera pas utilisé et qui finirait pour créer du volume dans la robe; nous pouvons le couper, en laissant une bonne marge au cas où il soit encore nécessaire de faire des modifications. À la toute fin, si tout va bien, vous pourrez couper aussi cette marge, laissant juste 2-3cm au-dessous de la couture.

DSC04404

Et finalement, vous pouvez ouvrir le dos afin d’insérer la fermeture…

DSC04407

Nous allons utiliser ici une fermeture invisible de 60cm qui ira du haut de la robe jusqu’au milieu de la jupe à peu près. C’est cette ouverture qui nous permettra d’enfiler la robe. Nous installeront la fermeture d’abord sur le haut.

Épinglez la fermeture sur le haut en faisant bien attention aux rayures ; puis, pour être sur, bâtissez. Je ne l’ai pas fait la première fois et le résultat a tourné au désastre :

DSC04411SNIF! 😦 (j’ai tellement honte que je n’ai même pas pivoté la photo). Il a fallu défaire la fermeture et la refaire à la main.

Ensuite, avec un pied presseur pour fermeture éclair normale (pas le pied pour fermeture invisible), passez une couture bien proche des dents de la fermeture. Cela renforcera l’installation et évitera que la couture claque avec l’usage.

DSC04418

Vérifiez si tout est en place et dégagez tout le matériel qui n’intéresse plus. Le haut devra être plus à vos mesures!

DSC04419(j’ai remplacé mes ciseaux depuis)

Pour l’instant, nous en sommes à cet stade:

DSC04410

La suite logique est donc d’attacher la fermeture éclair sur la jupe. Ce n’est pas du tout évident, surtout sur la partie oú les deux tissus se rencontrent (le reste peut être attaché normalement).

Apres avoir testé plein de possibilités, je suis arrivée à ça: pliez la valeur de couture de la jupe et épinglez-la bien au bord de la fermeture éclair, sur le tissu rayé, et attachez-la avec un point invisible main.

DSC04462

N’attachez pas la partie avec les plis ; cela donne un meilleur effet s’ils sont « indépendants ». Voici ce que ça fait sur l’envers:

DSC04461

On a quasiment fini, yay ! Il ne reste que la ceinture. Il est toujours possible, bien sur, d’utiliser une ceinture quelconque en cuir, mais je préfère en faire une en tissu et la coudre à la jupe – comme ça je suis sure qu’elle restera sur place et qu’elle cachera la couture des plis. En plus, c’est très simple!

J’ai utilisé du taffetas noir qui me restait d’un autre projet, mais vous pouvez choisir n’importe quel tissu qui aille bien avec vos couleurs. Comme je suis tres feignante, j’ai utilisé la largeur même du tissu (140cm) pour la longueur de ma ceinture. S’il vous faut quelque chose de plus long, il va falloir coudre deux morceaux ou la couper dans le sens de la longueur du tissu.

J’ai donc coupé un morceau de 140cm x 16cm. J’ai thermocollé la ceinture (avec le même thermocollant maille, en noir) pour garantir qu’elle resterait bien plate sur mon ventre:

DSC04372

Puis je l’ai pliée en deux dans le sens de la longueur et cousue tout autour, endroit contre endroit, sur une valeur de couture de 1cm et en laissant 10cm pour la retourner. J’ai fait une finition en pointe, mais elle pourrait très bien être droite; faites comme vous le trouvez mieux.

Ensuite retournez le « tube » obtenu, pliez la valeur de couture de l’ouverture vers le dedans, repassez pour bien aplatir la ceinture et surfilez. L’effet sera à peu près ceci :

DSC04465

Si vous préférez, surfilez de tous les côtés. Je n’ai pas eu envie de le faire.

Enfilez une dernière fois la robe pour marquer la position de la ceinture. Elle doit couvrir la couture au milieu des plis et tenir bien droite du devant à l’arrière. Épinglez.

DSC04420

Il suffit alors d’attacher la ceinture à la jupe avec des petits points invisibles sur plusieurs endroits tout le long, s’arrêtant à 0,5cm de la fermeture éclair. Et votre robe est prête ! Je vous laisserai avec quelques photos sur le mannequin, en attendant d’avoir une opportunité de la mettre moi-même pour la défiler dans les rues…

DSC04428

DSC04427

Comment lire un patron du commerce – Partie 1b (Modifications)

Par défaut

Vous souvenez-vous de la robe Burda 7460 que je vous ai montré au dernier billet?

DSC02571

Je n’ai malheureusement pas des photos du processus de construction ni de la toile, mais je veux vous expliquer comment j’ai fait les modifications sur le patron originel. Voici la robe suggérée par Burda:

burdaWHO WORE BETTER?

Bon. J’ai suivi les instructions du patron (avec les petites modifications montrées sur l’article précédent) et j’ai construit ma toile. Mais en l’essayant, je ne me sentais pas confortable dedans. La robe est en fait bien plus serrée sur les hanches qu’elle le parait sur la photo (ce n’était pas un problème du choix de la taille, vu que j’ai même du la réduire au niveau des hanches). J’ai voulu donc l’augmenter à ce niveau et créer une ligne plus flatteuse sans modifier le haut. J’ai pris papier et crayon et commencé à esquisser…

DSC04435

J’ai d’abord pensé à insérer des goussets sur les coutures de côté. Je ne l’ai pas testé, mais je pense que ça aurait donné un effet bizarre – la robe serait « triangulaire » sur le devant et proche du corps sur les côtés. Ce que je voulais était une forme plus arrondie, comme celle de la jupe corolle. L’idée des goussets était bonne, mais il fallait les distribuer par toute la jupe. Mon dessin suivant était donc celui-là:

DSC04437

À droite vous voyez (en portugais, hohoho) la mesure de l’ourlet tel qu’il était prescrit par Burda (99cm) et, au-dessous, la mesure désirée (130cm). Pour avoir cette valeur, j’ai tout bêtement mesuré le bas d’une autre robe que je possédais et qui avait la forme que je voulais.

La robe Burda étant composée de 6 pièces (un devant, un dos et 4 pièces de côté), les goussets pourraient être insérés dans les coutures entre ces pièces – un total de 6 goussets.

J’avais donc 30cm (ouais, j’ai laissé tomber 1cm, allez vous en plaindre au nouveau pape) à partager entre 6 goussets, un compte pas du tout difficile à faire.

Les goussets sont des simples pièces triangulaires qui rajoutent graduellement de la largeur à la jupe. Pour créer une ligne harmonieuse, leur insertion commence à la hauteur des petites hanches – càd à environ 10cm au-dessous de la taille. La robe est donc bien ajustée jusqu’à cette hauteur, puis elle commence à s’ouvrir. C’est une excellente méthode pour cacher les culottes de cheval et assouplir la ligne des fesses et hanches fortes. J’ai profité pour les faires dans un tissu différent pour créer de la variété sur la robe.

DSC02577

Finalement, après avoir construit la robe définitive selon toutes ces modifications, j’ai senti qu’elle n’était pas bien ferme au niveau de la poitrine (l’immense noeud papillon y a sans doute contribué). J’ai donc rajouté une bretelle qui passe autour du cou. Malheureusement, il ne me restait pas assez de tissu pour faire deux bretelles, ce qui aurait été préférable – la robe fait encore des petits plis sur le dos. Ma prof de couture a suggéré d’ajouter des petites baleines pour éviter cet effet, mais je n’ai pas essayé.

Voici une image du dos de la robe:

DSC02576

Ça a été un projet marrant et qui n’a pas pris énormément de temps (la robe n’est même pas doublée, la partie la plus compliquée est l’insertion de la fermeture invisible…). En plus, les modifications m’ont permis de vraiment approprier le patron, en faisant de lui une création tout à fait originale! Alors, qu’attendez-vous pour essayer?