Archives de Catégorie: dessin

Veste-kimono Suzuran – quelques échos

Par défaut

Meriel et Lisa, deux de mes fantastiques testeuses, ont blogué sur mon projet le plus récent (en anglais). C’est toujours agréable de savoir que l’on est sur la bonne voie!

illustration technique

 

Suzuran 3

La version de Lisa, en vert chartreuse ❤

 

003 copy

Meriel a choisi un gris neutre – je veux le même !

D’ailleurs je suis sortie avec mon kimono cette semaine (il faisait tout juste assez chaud !) et j’ai eu beaucoup de commentaires appréciatifs, sans avoir dit préalablement que c’était une de mes créations (les gens ne savaient même pas que je fais de la couture…).  Je pense que le choix de la toile de jouy a eu aussi son rôle – ça appartient au répertoire affectif de beaucoup de français, après tout – mais c’était particulièrement satisfaisant d’entendre des avis positifs sur certains détails du design: les manches ouvertes ou le col rigide, par exemple.

P1060525

Ce patron est recommandé pour les tailles européennes 34 à 50 (tailles américaines 4 à 18).

Si tout ça vous a donné envie d’essayer, c’est par ici (Craftsy) ou alors par ici (Etsy) ou, si vous voulez stimuler l’initiative française, ici (A Little Market).

Il y a des chances pour que je participe à un événement ce samedi à Paris dans lequel je prendrai des commandes pour cette veste – à moins cher que sur internet. Je vous préviendrai, bien sur 😀

Avez-vous un avis sur ce patron ou sur mes autres projets? Achetez-vous d’habitude vos patrons sur internet?

J’étudie la possibilité de traduire ce patron et les futurs patrons en français, du moment où il existe un public… Mais il faut qu’il se fasse voir 🙂

(Voilà, je promets que les prochains billets seront un retour au rythme normal du blog !)

Publicités

It’s Alive !

Par défaut

capa2     Après un long moment de préparation, finalement mon premier patron commercial est en ligne! Il s’agit de la veste-kimono Suzuran, un modele de veste légère pour le printemps. P1060517 L’inspiration de Suzuran est non seulement japonaise, mais japoniste – un mot qui désigne l’art, la décoration et la mode apparus en Europe après l’ouverture du Japon à l’Occident, en 1853.  C’est aussi – comme par hasard – ma période préférée de l’histoire de l’Art ! P1060445 Le mot Suzuran veut dire, tout bêtement, muguet – cette petite fleur qui, en France, symbolise l’arrivée du printemps. Et c’est justement ça l’idée de cette veste – elle est ample et légère, même si les manches sont longues; elle protège vos épaules sans les étouffer. Et puis, elle est tellement jolie !

Mes deux exemplaires m’ont déjà accompagné plusieurs fois lors des (hélas rares) journées de soleil parisiennes – ils sont hyper confortables, faciles à enfiler, passent à la machine à laver, n’ont pas de formes compliquées qui embêtent le repassage… bref ! P1060505 Un autre détail de ce patron dont je suis bien fière: il s’agit d’un patron « sans gaspillage » – c’est-à-dire, toutes les pièces sont coupées dans un rectangle de tissu d’une certaine taille et tous les morceaux de ce rectangle (ou presque) sont utilisés – finis les restes de tissu qu’on n’a pas le courage de jeter et qui s’accumulent pour toujours dans un coin de votre atelier de couture.

Vous n’avez pas besoin d’une grande connaissance en couture pour construire cette veste non plus – il s’agit presque entièrement de points droits et de surpiqures, avec quelques options de points à la main – un projet idéal pour les débutantes qui en ont marre des coussins et des sacs de courses. Celles qui veulent aller un peu plus loin peuvent même oser finir les valeurs de couture avec du biais, ce qui fait un beau vêtement aussi sur le dedans: P1060515 Tout ça c’est des bonnes nouvelles, mais tout n’est pas parfait dans le monde… Le patron de Suzuran, pour l’instant, n’existe qu’en anglais. Je n’ai pas de plans pour le traduire en français dans un futur immédiat, sauf si je reçois un bon nombre de sollicitations pour ce faire. Mais les instructions sont richement illustrées et pourront être suivies aisément par quelqu’un qui aie des connaissances basiques d’anglais (et puis bon, vu qu’il s’agit d’un PDF, il y a toujours la possibilité de copier le texte dans Google Translate 😉 ).

Mais pas besoin de me croire sur parole: voici quelques images et témoignages de mes super testeuses (merci, merci, merci!): Lisa, du blog www.cucicucicoo.com, l’a testé pour une taille M: Suzuran 5 « Sewing this unique garment was really fascinating as I saw how the pieces of the puzzle fit together! And I love how the layout left no useless fabric scraps! » Suzuran 4 Traduction: « Ça a été fascinant de coudre ce vêtement et de voir comment les pièces du puzzle allaient ensemble ! Et j’adore le fait que la disposition des pièces ne laisse pas des restes de tissu ! »

Lillian, dont les créations sont sur www.bylillianvernell.com, aussi une taille M: IMG_2554 « This is a great pattern in that it can be casual or elegant depending on the fabric you choose. The collar and wide sleeves reminds of something Audrey Hepburn would wear with a nice pencil skirt or cigarette pants. » IMG_2553 Traduction: « Ceci est un patron fantastique car il peut être informel ou élégant, selon le tissu choisi. Le col et les manches amples me font penser à quelque chose qui pourrait être portée par Audrey Hepburn avec une jupe droite ou un pantalon coupe cigarette. »

Meriel, du blog http://www.createthreepointfive.com, qui a très gentiment et patiemment attendu que je dessine la taille L de ce patron avant de la tester: 001 copy « A very unique « one size fits most » pattern. Easy constructions, clear instructions, and a finished look that flatters most figures. I personally can’t wait to see what else is in store. » 006 copy Traduction: « Un patron unique, avec un système de tailles ‘presque universel’. La construction est facile, les instructions claires et la silhouette flatteuse pour la plupart des morphologies. Personnellement, je suis impatiente de voir qu’est-ce que tu nous réserves pour l’avenir. »

Ce patron est recommandé pour les tailles européennes 34 à 50 (tailles américaines 4 à 18).

Si tout ça vous a donné envie d’essayer, c’est par ici (Craftsy) ou alors par ici (Etsy).

—–

Le prix du patron est de $8,50 (environ 7,90€) mais jusqu’au lundi de Pentecôte, 25/05/2015 à minuit (UTC+1), il sera vendu par le prix réduit de $6,00plus de 30% moins. Profitez !

Sur Etsy, le code pour avoir la réduction est: SUZURAN00.

Pas besoin de code pour Craftsy 🙂

—–

Les plus impatientes ou moins confiantes dans leur domaine de la couture peuvent commander leur veste toute prête, fabriquée par mes petites mains, sur mon magasin Etsy. N’oubliez pas de m’envoyer des photos et des commentaires si vous essayez ce patron – et un joyeux printemps à tout le monde ! P1060536

Une écharpe myrmécophile

Par défaut

P1050984   Jeudi dernier mon grand-père a été nommé Professeur Émérite de l’Institut de Psychologie de l’Université de São Paulo lors d’une cérémonie solennelle (vidéo en portugais). Ne pouvant pas être présente à cause des restrictions géographiques et économiques, mon hommage lui a été rendu sous forme d’une écharpe personnalisée, inspirée en grande partie de l’article sur May-Britt Moser que j’ai publié il y a presque deux mois. En effet, mon grand-père, Walter Hugo de Andrade Cunha, a été le pionnier de l’Ethologie au Brésil et l’un des fondateurs de l’Institut de Psychologie de l’Université de São Paulo – assez de raisons pour que cet honneur soit plus que mérité. Son principal sujet de recherche ont été les fourmis, notamment celles de l’espèce Paratrechina fulva. Inspirée par tout ça, j’ai mélangé quelques-uns de mes intérêts – à savoir, la gravure, le dessin, la couture et l’impression sur tissu – pour créer cette pièce. P1050952 Les fourmis ont été gravées en taille d’épargne sur des plaques de caoutchouc et découpées pour me laisser la liberté de les positionner à volonté sur le tissu. J’ai ensuite dessiné et coupé un pochoir avec la moitié supérieure de la tête de mon papi (très facilement reconnaissable) pour servir comme « point d’attrait » pour la fourmilière. P1050953   J’ai arrangé les fourmis en différentes positions sur une plaque de bois et les ai imprimées sur le tissu en utilisant le poids de mon corps (plus ou moins comme pour le tshirt « Je Suis Charlie » déjà montré). Pour décider des positions je me suis souvenue de toutes les conversations que j’ai eues (et ai encore souvent) avec mon papi sur le comportement des fourmis et ses propres théories – d’ailleurs révolutionnaires – là-dessus. P1050976 Ensuite j’ai doublé le jersey blanc d’un rectangle de satin noir, surpiquant sur les côtés longs. L’écharpe était prête (et j’en étais fière). P1050986 Elle est élégante, facile à porter et tient bien chaud (pour mon papi qui est si frileux). P1050992 Et surtout, c’est quelque chose de très personnel et unique, pour marquer ce couronnement d’une grande carrière. Est-ce que mes lecteurs sont aussi intéressés par la science que moi? Porteriez-vous une écharpe myrmécophile? (moi oui mais bon, elle était pas à moi celle-là!)

Un nouveau Pattern Puzzle qui m’a fait bien envie…

Par défaut

P1060108

Je ne suis pas dans le meilleur des états psychologiques dernièrement, d’où le manque de nouveaux articles… (alors que j’en ai, moi, des créations dont je n’ai pas encore parlé!)

Mais l’image ci-dessus montre la manipulation initiale de cette intéressante jupe rayée de Studio Faro, laquelle, j’avoue, ne m’avait pas attiré l’attention initialement (la preuve: elle ne faisait pas partie de mon dossier spécial « Studio Faro » dans mes Favoris…) mais qui a été construite avec beaucoup de succès par Sally du blog Capital Chic. Vu qu’en ce moment j’ai besoin d’un garde-robe plus « sérieux », je trouve que la meilleure manière de faire ça c’est en m’amusant avec des patrons 🙂

Vous remarquerez que mon patron de base est bien différent de celui proposé par Anita – en effet, il s’agit de ma base sur mesure construite lors du cours de coupe à plat et ajustée sur mon corps avec l’aide de la prof. Vu les proportions « en sablier » de mon corps, on a trouvé mieux de faire deux pinces sur chaque côté du devant et du dos. C’est ce qui explique si bien Kathleen Fasanella sur cet article (en anglais) sur la différence entre « curvy » (curviligne) et « plus-size » (grande taille) – deux termes utilisés de manière interchangeable dans l’industrie du prêt-à-porter américain mais qui en fait ne sont pas du tout pareils – en effet les femmes minces sont plus curvilignes que les corpulentes, car elles ont plus de différence entre le tour de taille et le tour des hanches/de poitrine – et donc plus de courbes à prendre en compte sur le patron.

Ainsi, en traçant les lignes de manipulation j’ai fait attention de les faire passer par la pointe des pinces, ce qui me permettra de les fermer avant de dessiner la forme finale de chaque pièce pour avoir une jupe sans pinces. Je publierai des photos du dessin « propre » avant de le découper (vous pouvez voir que j’ai bien fait et refait des lignes pour arriver à un truc satisfaisant).

Voici, finalement, le tissu dans lequel je pense construire cette jupe. Il est en coton gris-plomb rayé et assez épais – seul hic, il est un peu élastique, donc je ne sais pas s’il sera approprié pour cette création… peut-être en le thermocollant entièrement? Ou est-ce que ça ne fera pas de différence vu que de toute façon les pièces sont coupées pour la plupart dans le biais? *musique dramatique*

P1060109

 

Je publierai des nouvelles mises à jour selon le travail avance, ça me stimulera à le finir (pour une fois…).

 

Tuto Express: ON EST TOUS CHARLIE

Par défaut

P1050791

Inutile de commenter ce que tout le monde sait déjà. Je suis abasourdie, perdue. Il ne faut pas se conformer. Au lieu de propager le discours de la haine et da violence, unissons-nous autour de l’esprit français, qui a été le grand atteint à la triste journée d’hier.

Ce que je vous propose c’est une production artisanale et simple de t-shirts et affiches imprimés maison pour amener le mot dans les rues: « Je suis Charlie ». J’ai pour cela emprunté le logo créé par Joachim Roncin, désormais immédiatement (et hélas!) reconnaissable. Les couleurs ont été inversées pour épargner l’encre de nos imprimantes.

o-JE-SUIS-CHARLIE-LOGO-facebook copy

Pour créer vos propres tshirts vous aurez besoin de:

L’image au-dessus imprimée en mode paysage sur papier A4

1 feuille de carton plume taille A4

1 planchette de bois (préférable) ou de carton dur de la même taille

1 feuille de carton (pour protéger l’intérieur du tshirt)

Peinture textile ou acrylique (apparemment ça résiste bien au lavage mais je n’ai jamais testé personnellement)

Un petit rouleau en mousse

ciseaux, colle, cutter

P1050766

Instructions:

Collez l’image sur le carton plume. Pas besoin de centrer – on va découper les lettres.

P1050767

Découper les lettres une à une soigneusement avec un cutter, des ciseaux ou une combinaison des deux. 

P1050769

Positionner les lettres inversées sur la planchette de bois; tracez deux parallèles pour vous aider à bien les aligner. Essayer de garder la mise en page du logo.

P1050771

Coller les lettres en position. Pendant que la colle sèche, préparer la peinture:

Sur une assiette en papier, déposer quelques gouttes de peinture textile ou acrylique. Si elle parait trop épaisse, diluer de quelques gouttes d’eau. Bien étaler avec le rouleau. Répéter l’opération jusqu’à ce que le rouleau soit bien imbibé de peinture.

P1050772

Encrer les lettres au rouleau, en les couvrant bien. Avant d’imprimer sur le tissu, faites un test sur du papier.

P1050773

Il y a deux techniques pour imprimer: soit on met le médium (papier, tissu) sur la matrice encrée et on presse en s’aidant d’un rouleau à pâtisserie, soit on fait l’inverse.

P1050775

J’ai trouvé que l’impression est plus nette quand on applique la matrice sur le papier et qu’on exerce de la pression dessus.

P1050778

Apres avoir testé sur du papier, faites le même sur un morceau de toile ou un vieux tshirt. Ici, nous voyons les deux techniques d’impression: les lettres les plus propres ont été obtenues en appuyant sur la planchette, posée sur le tissu, avec le poids de mon corps. Je décide de faire de même sur le tshirt définitif.

P1050779

Insérer la feuille de carton dans le tshirt et la positionner sous la poitrine (ou une autre position souhaitée). Bien lisser le tissu sur le carton.

P1050780

Re-encrer les lettres et les appliquer sur le tshirt à l’endroit choisi. La pression exercée doit être bien verticale pour que les lettres restent nettes.

P1050781

Levez la planchette soigneusement et admirez le résultat.

P1050782

Faites le nombre d’impressions que vous souhaitez sur papier ou sur tissu; si la matrice commence à se défaire comme montré ci-dessous ce n’est pas grave, il suffit d’arracher les couches qui se détachent (elles sont très fines) et reprendre le travail; cela n’interférera pas sur les résultats. Il est également facile de retirer les morceaux qui se collent sur le tissu avec l’ongle.

P1050783

Après avoir fini le travail d’impression, lavez très bien votre rouleau à l’eau. Attendez une dizaine de minutes que la peinture soit sèche, puis fixez-la en la repassant au fer très chaud (sans vapeur) pendant 5 minutes.

P1050785

Finalement, partagez vos photos en Charlie sur la page Facebook « Je suis Charlie » – et partagez aussi ce tutoriel avec vos amis qui sont pour la liberté (de la presse, d’expression, de l’humour…)

P1050787

#JeSuisCharlie

 

Une calculatrice pour les jupes circulaires

Par défaut

Coucou!

J’aimerais vous dire que pendant ces mois d’absence j’étais occupé à créer des dizaines de patrons en PDF pour vendre sur Etsy et/ou offrir aux lecteurs de mon blog mais ce n’est pas tout à fait vrai (enfin, un peu quand-même). Je pense néanmoins avoir bientôt des nouveautés, comme ma Robe Atmosphere:

sweet august trace2-a

 

(Je n’ai que le dessin et pas la photo vu qu’il me manque toujours un photographe de bonne volonté).

Je viens de découvrir lors d’un vagabondage sur le net (alors que j’aurais du travailler) un app fantastique pour calculer le rayon de la taille et les besoins de tissu pour la réalisation de jupes circulaires (ou jupes corolle) et je voulais le partager ici: BY HAND LONDON – CIRCLE SKIRT APP.

Il suffit de choisir entre centimètres ou pouces (il faut de tout pour faire un monde), le type de jupe (1/4, demi-cercle ou cercle entier) et la longueur. Presto! L’app informe même si la jupe peut tenir dans un tissu de largeur standard (115 ou 150cm).

J’ai un petit projet de patron en ce moment utilisant justement une jupe circulaire, donc ce petit app sera bien utile…

 

Figurines pour croquis de mode – 100% gratuites!

Par défaut

Captura de Tela 2014-03-17 às 17.19.00Dans mes stats je vois souvent des gens qui finissent dans ce blog après avoir cherché des figurines pour des croquis de mode. Et bien, ne cherchez plus – vous pouvez en télécharger des centaines à cout zéro chez Designer Nexus, qui propose aussi plein d’autres ressources pour vos créations de mode numériques… Il suffit de créer un compte gratuit pour avoir accès à tout ça.

Une suggestion que j’ai vu sur d’autres blogs c’est d’imprimer plusieurs de ces croquis en gris clair et les relier ensemble pour former un cahier d’idées, plus pratique que des feuilles volantes (et si la taille est petite, ce cahier peut vous accompagner partout!)

J’ai aussi trouvé un tuto intéressant pour transformer nos propres photos en croquis de mode, ce qui est encore mieux vu que sont rares les gens qui ont les jambes de 1,20m des mannequins des croquis traditionnels… je le testerai et je vous en dirai des nouvelles, avec une petite traduction en français!

Et parlant de création numérique, j’aurai très bientôt d’excellentes nouvelles à ce sujet ;-)))

Nouveau cours…

Par défaut

Je pense que je ne vous ai pas dit vu que c’est arrivé pendant la période dans laquelle le blog a été (encore une fois) honteusement abandonné, mais j’ai quitté le cours de couture du centre d’animation (dommage mais ça a été une question d’argent) et me suis inscrite dans deux des Cours Municipaux pour Adultes de la Ville de Paris:

– Coupe-Couture

– Coupe à Plat-Gradation

À la différence du cours antérieur, qui nous laissait libres pour créer et faire un peu ce qu’on voulait (mais qui manquait quand-même d’un peu de discipline), ces cours-là ont une intention professionnalisante et pour cela proposent un programme (pour les deux, en gros, jupe-corsage-pantalon). Ainsi, mes créations originales se sont restreintes à mon petit chez moi.

Si le programme parait le même pour les deux cours, ils sont bien différents : alors qu’en coupe-couture on construit le patron, on fait la toile (c’est à dire une version d’essayage en tissu cheapos) et puis on construit son vêtement, en coupe à plat on donne plutôt l’emphase à la création du patron et aux plusieurs déclinaisons qu’on peut en faire: jupe de base – jupe à godets – jupe à pli plat et creux – jupe à panneaux, par exemple. On apprend aussi à mesurer proprement une « cliente » et à ajuster la toile à son corps. On nous montre également comment modifier le patron pour différentes tailles. Par contre, on ne construit pas de vêtement.

DSC04250

Toile de la jupe de base (coupe à plat)

J’aperçois déjà les résultats de ces cours dans mes petites créations quotidiennes : je fais plus attention à ce que je fais, je comprends mieux le tissu, je soigne mieux les finitions… et dès que je trouve un peu de temps, je veux essayer les déclinaisons qu’on apprend au cours de coupe à plat à mes propres mesures et sur mon propre corps, avec les tissus que je ne cesse pas d’accumuler même si j’ai rarement le temps de m’asseoir devant la machine.

Bref, je les recommande vivement pour tous ceux et celles vivant en région parisienne. Il faut juste faire attention aux dates d’inscription et savoir que ces cours sont assez disputés, on doit passer un examen d’admission pour la sélection… (rien de super compliqué mais bon!)

DSC04251

Jupe de base presque finie (coupe-couture)

La robe double redessinée

Par défaut

J’ai parlé antérieurement de la robe double. Elle est entièrement coupée et prête pour le montage. Mais comme mon expérience est assez limitée, j’ai pris la dure décision d’attendre encore presque deux mois (aïe!) et de la reprendre à la rentrée des vacances, avec l’assistance de ma prof de couture.

Pour passer le temps, j’ai refait le dessin de la robe à la lumière des concepts appris lors de l’Atelier Mod’Éthique:

DSC02618

Bien mieux, non? J’espère avoir bientôt une belle photo de la robe finie, j’en ai hâte!

Atelier Mod’Éthique (3) – mon panneau

Par défaut

Ceci est la continuation d’une série de billets sur l’Atelier Mod’Éthique. Lisez les deux premières parties ici et ici.

Pour exposer rapidement les concepts en jeu dans mon panneau de tendances, je vous en recolle l’image. Il suffit de cliquer pour la voir en plus grand:

DSC02611

Le panneau (et la collection donc) s’appelle « Nos Jardins Secrets ». Le concept est simple à saisir: un jardin secret est un endroit où on peut aller pour échapper du monde réel,un endroit  où la réalité n’appartient qu’à nous et où l’on laisse entrer seulement les gens qu’on veut. Donc, le jardin secret existe dans chacun de nous et est très fortement connecté à notre enfance, à nos amis imaginaires, à notre vie mentale/spirituelle. Pour moi les jardins secrets ont toujours joué, et jouent encore, un rôle bien important.

J’ai alors étendu ce concept au-delà du purement spirituel et l’ai ramené au monde physique, plus spécifiquement dans la ville de Paris, qui fonctionne un peu comme mon grand jardin secret à moi – en me baladant par ces rues, je suis en éternel dialogue avec son histoire et les grands hommes qui y sont également passés (et Dieu sait qu’ils sont légion!).

Non seulement ça, comme derrière les grandes portes grises devant lesquelles on passe, il y a des vrais mondes, des cours arborisées, des jardins fleuris, des piscines, bref des vrais petits villages entièrement cachés aux non-initiés… Pour un « jardin secret », c’est la ville parfaite. C’est là toute la différence entre le Paris qu’on visite (en tant que touriste) et le Paris qu’on connaît (en tant qu’habitant).

Mon concept a été divisé en deux parties: les tenues de jour et celles du soir. Pendant le jour, quand on ne peux pas forcément choisir les endroits où on va ou les gens qu’on rencontre, nos jardins secrets sont ceux qu’on amène dans notre esprit – les vêtements ont donc une touche théâtrale, on représente un personnage devant les autres tout en laissant des pistes de ce dialogue actif avec le passé, qui est l’entrée de notre jardin.

C’est pendant le soir que les jardins secrets (physiques) deviennent vraiment accessibles – soit on y vit déjà et on peut vraiment y rentrer (et être finalement chez nous après un inconfortable voyage en RER), soit on part pour une soirée chez des amis chanceux chez qui on peut entendre des oiseaux et voir les étoiles… Ces robes de soirée sont, ainsi, faites de tissus nobles (satin, soie, taffetas), mais doublés du très familier (et confortable) vichy… même une fête huppée devient ainsi un picnic dans un jardin!