Archives de Catégorie: liens

Qui porte les culottes chez toi?

Par défaut

C’est une question à se poser avec ce patron gratuit + tuto de Small Dream Factory… (le tuto est en anglais, mais richement illustré et facile à suivre).

Comme j’ai déjà dit plusieurs fois, je suis toujours à la recherche d’idées pour réutiliser les vieux tshirts de Monsieur, et il y a un nombre limité de petites robes et petits hauts qu’une personne peut porter… du coup j’étais contente de trouver ce patron de culottes-shorty, qui de plus est très confortable (je n’ai pas honte de dire que j’ai choisi la plus grosse taille pour être bien à l’aise dedans) et super mignon sur le corps.

P1040407

Par contre, non, pas de photo de moi dedans 😛

Le « foldover elastic » auquel le tuto se réfère est connu en France comme « biais élastique » (enfin, au moins c’est comme ça que je l’ai trouvé chez Fil 2000) et c’est super bien pour la lingerie – c’est très doux contre la peau et ça crée une finition bien professionnelle sur la taille. J’aime bien le fait de ne pas devoir mettre de l’élastique aussi sur l’ouverture pour les jambes – un simple ourlet avec un point élastique suffit.

C’était aussi pour moi l’occasion de tester ma double aiguille pour la machine à coudre, qui donne une finition très professionnelle aux ourlets (cliquez sur la photo pour la zoomer et observer l’effet).

Comme vous voyez, j’ai pu faire deux shorty avec un seul tshirt en gardant une image rigolote sur l’arrière d’un des exemplaires (celui que je n’utiliserai pas pour séduire mon mari!). Ayant bien appris la technique j’espère faire d’autres expériences avec les formes et, finalement, appliquer ces connaissances pour faire mes propres bikinis, vu que c’est presque impossible de trouver mon bonheur en France… Mais j’en reparlerai dans l’avenir!

Une calculatrice pour les jupes circulaires

Par défaut

Coucou!

J’aimerais vous dire que pendant ces mois d’absence j’étais occupé à créer des dizaines de patrons en PDF pour vendre sur Etsy et/ou offrir aux lecteurs de mon blog mais ce n’est pas tout à fait vrai (enfin, un peu quand-même). Je pense néanmoins avoir bientôt des nouveautés, comme ma Robe Atmosphere:

sweet august trace2-a

 

(Je n’ai que le dessin et pas la photo vu qu’il me manque toujours un photographe de bonne volonté).

Je viens de découvrir lors d’un vagabondage sur le net (alors que j’aurais du travailler) un app fantastique pour calculer le rayon de la taille et les besoins de tissu pour la réalisation de jupes circulaires (ou jupes corolle) et je voulais le partager ici: BY HAND LONDON – CIRCLE SKIRT APP.

Il suffit de choisir entre centimètres ou pouces (il faut de tout pour faire un monde), le type de jupe (1/4, demi-cercle ou cercle entier) et la longueur. Presto! L’app informe même si la jupe peut tenir dans un tissu de largeur standard (115 ou 150cm).

J’ai un petit projet de patron en ce moment utilisant justement une jupe circulaire, donc ce petit app sera bien utile…

 

L’Université des patrons !

Par défaut

Je suis bien contente cette semaine car finalement le cours Pattern Workshop, de Lauren Dahl, a été lancé.

pattern-workshop-300x300-blue

Cliquez sur le banner pour accéder à la page d’inscription

C’est une excellente nouvelle pour tous ceux qui rêvent de créer leurs propres patrons entièrement sur l’ordinateur, ou encore de transformer leurs patrons existants en fichier numérique pour pouvoir les imprimer, les partager, les modifier ou même les vendre. Le cours inclut également des instructions pour grader des patrons sans se casser la tête, rajouter des valeurs de couture automatiquement, modifier des patrons à partir d’une base, trouver des inspirations, etc. Très utile aussi, Lauren a pensé à ceux et celles qui, comme moi, ne dominent pas le software, et a inclut des leçons basiques pour permettre aux élèves de s’y familiariser.

Si ça semble trop beau pour être vrai, il y a bien sur des bémols: le cours est en anglais et il se base sur Adobe Illustrator et InDesign (quelques élèves sont également en train de tester les tutos avec The Gimp, qui est gratuit et très puissant). Et, bien sur, le cours est payant: $149 (autour de €110).*

Si ces limitations ne vous font pas peur, cliquez ici pour accéder directement à la page d’inscription.

Pour ceux qui ont besoin de preuves concretes de la qualité du cours et des explications de Lauren avant d’y mettre de l’argent (je suis comme ça moi-même), il suffit de regarder ces vidéos qu’elle a produits même avant de penser à lancer Pattern Workshop – le succès a été si grand et si immédiat (et pour cause!) qu’elle a décidé de partager ses connaissances sur une forme plus officielle (et rémunérée). Personnellement, j’étais tellement accro de ces vidéos que je me suis immédiatement pré-inscrite au cours – ce que je ne fais jamais vu ma radinerie bien connue et documentée.

J’espere vous retrouver bientôt sur le groupe Facebook (secret et exclusif) dédié aux élèves du cours !

 

* les liens vers le cours sont des liens affiliés; je gagne un pourcentage sur les ventes si un de ces liens est utilisé

Figurines pour croquis de mode – 100% gratuites!

Par défaut

Captura de Tela 2014-03-17 às 17.19.00Dans mes stats je vois souvent des gens qui finissent dans ce blog après avoir cherché des figurines pour des croquis de mode. Et bien, ne cherchez plus – vous pouvez en télécharger des centaines à cout zéro chez Designer Nexus, qui propose aussi plein d’autres ressources pour vos créations de mode numériques… Il suffit de créer un compte gratuit pour avoir accès à tout ça.

Une suggestion que j’ai vu sur d’autres blogs c’est d’imprimer plusieurs de ces croquis en gris clair et les relier ensemble pour former un cahier d’idées, plus pratique que des feuilles volantes (et si la taille est petite, ce cahier peut vous accompagner partout!)

J’ai aussi trouvé un tuto intéressant pour transformer nos propres photos en croquis de mode, ce qui est encore mieux vu que sont rares les gens qui ont les jambes de 1,20m des mannequins des croquis traditionnels… je le testerai et je vous en dirai des nouvelles, avec une petite traduction en français!

Et parlant de création numérique, j’aurai très bientôt d’excellentes nouvelles à ce sujet ;-)))

Un chat gourmand pour mes outils

Par défaut

2013 n’a pas été la meilleure année de ma vie – loin de ça – mais il y a eu des bonnes choses quand-même. L’une des meilleures est d’avoir repris la gravure sur bois, que j’avais arrêté depuis  beaucoup trop longtemps.

Je suis généralement beaucoup trop paresseuse pour faire des choses pour moi-même (à l’exception des vêtements) et donc je transportais mes outils dans un vieux sac de supermarché tout immonde et déchiré. Mais M. Tites Mains m’a convaincu que je méritais mieux et je me suis donc lancée dans un projet de pochette pour mes gouges et cutters. En voici le résultat:

P1030052

Ce gros chat gourmand qui essaye d’avaler un poisson entier a été inspiré par ceux de Mairuru et aussi, bien sur, par Georgette:

P1020409

La pochette est faite en toile de coton grise plomb et doublée également en toile de coton rayée, les deux des restes de tissus achetées pour d’autres projets. La partie la plus difficile est le montage de la fermeture, qui est attaché au tissu extérieur et à la doublure; j’ai du trouver moi-même une méthode basée sur des tutos pour pochettes plus simples sur internet. Faut que je pense à écrire aussi mon tuto…

P1030053

Maintenant mes outils sont bien protégés dans un seul volume mignon et facile à transporter. Que demande le peuple ?

Tutoriel: le chapeau Garbo

Par défaut

Bonjour et une bonne année à tout le monde ! Je ne sais pas vous, mais dans la maison Tites Mains ces petites vacances de fin d’année ont été plutôt productives – dans les prochains billets je vous montrerai quelques-unes de mes réalisations, faites pour moi ou comme un cadeau de Noel à quelqu’un.

Vu qu’il nous reste encore quelques mois d’hiver, on va commencer avec le Chapeau Garbo:

P1030066

C’est un chapeau simple style béret basque, réalisé ici en tweed (mais on peut choisir le tissu qu’on veut) et entièrement doublé. Je l’ai fait à partir de ce tutoriel (en anglais) d’annekata, dont voici ma version:

– Pour créer le chapeau doublé, suivre les instructions deux fois: une pour le tissu externe et autre pour la doublure.

1. Dessiner (à l’aide d’un gros plat ou moule à tarte) deux cercles de 30cm de diamètre.

P1020396

2. Au centre d’un de ces cercles, en dessiner un deuxième de 15cm de diamètre et le découper (ici j’ai cousu deux morceaux de tweed car je n’en avait pas assez mais il est mieux de le faire en un seul morceau).

P1020397

3. Mesurer le tour de tête et couper une bande de cette longueur, plus 1cm pour la couture et 5cm de longueur. Pour la bande de ma doublure, j’ai choisi de couper un morceau d’un vieux t-shirt bien doux, vu qu’elle serait directement en contact avec ma peau et j’ai tendance à faire des allergies (la doublure elle-même est dans un autre tissu de mon sac à restes).

P1020398

4. Épingler les deux cercles endroit contre endroit et coudre tout autour du bord extérieur, ainsi que le côté court des bandes pour les fermer. Puis diviser le cercle intérieur du chapeau (celui de 15cm) et la bande par 4, en marquant les quartiers à la craie.

P1020400

5. Insérer la bande dans le chapeau, endroit contre endroit, et épingler au bord, en faisant coïncider les quartiers marqués à la craie. Coudre tout autour. En ce moment vous auriez déjà un chapeau non-doublé tout prêt (il ne resterait qu’à faire une finition pour le bord de la bande). Mais vu que vous avez eu le travail de suivre les instructions deux fois, on va quand-même le doubler…

P1020403

6. Cranter tout autour du chapeau et de la bande, en faisant attention à ne pas couper les coutures. Faire pareil avec la doublure.

7.  Je n’ai malheureusement pas pris de photo du montage de la doublure, mais ce n’est pas difficile (je suggère aussi de regarder les photos sur le tuto originel): retourner le chapeau « extérieur » sur l’endroit et laisser la doublure sur l’envers. Insérer le chapeau extérieur dans la doublure, en faisant coïncider les bords des deux bandes – Les chapeaux seront ainsi endroit contre endroit (c’est magique, hein?). Coudre tout autour, en laissant une ouverture de 10cm pour retourner.

8. Finalement, cranter les valeurs de couture et retourner le chapeau. Fermer l’ouverture avec un point glissé à la main (ou surfiler à la machine à 2mm du bord) et ajouter les décorations voulues : j’ai juste fait un petit noeud papillon en tweed pour donner un air classieux et unique à mon chapeau, mais vous pouvez penser à des fleurs, des rubans, des animaux empaillés, etc.

garbo03

Il est bien chaud et confortable pour l’automne et l’hiver, et mignon sans être trop m’as-tu-vu. Je veux bien en refaire une version avec des cercles plus larges (style Rembrandt) pour voir qu’est-ce que ça donne!

garbo01

Le chapeau peut aussi être laissé sans aucune décoration, bien sur… Mais c’est sympa d’avoir un truc distinctif, je trouve. Mon noeud papillon m’a aussi servi à cacher la couture sur la bande.

Comme ce chapeau est entièrement doublé, il peut également être porté du côté de la doublure (dans ce cas il vaut mieux le laisser sans décoration ou en choisir qui ne fassent pas trop de volume:

garbo04

Si vous décidez d’essayer ce tuto, ne laissez pas de m’envoyer des photos et des commentaires ! Et un excellent 2014 à tout le monde !

Pour ceux aiment les patrons du commerce…

Par défaut

Coucou,

J’ai plus de problèmes personnels en ce moment que je n’aurais cru possible il y a quelque temps. J’ai des photos prêtes pour quelques tutos , ainsi que d’autres matériaux à partager, mais par vraiment le temps d’écrire ici (des fois le tuto prends plus de temps à élaborer que le vêtement lui-même!).

J’espere pouvoir revenir bientôt; en attendant, voici un site que je viens de découvrir et qui sera bien utile pour ceux qui aiment bien coudre à la maison en utilisant les patrons du commerce: Make This Look. Peu importe que le nom soit en anglais, la proposition peut être comprise par tous: le site réunit des photos de robes plus que désirables vendues par des magasins prestigieux et suggère quel est le patron du commerce qui s’en rapproche le plus pour que tu puisses la récréer chez toi, à moins de frais et avec plus de satisfaction! Une excellente idée, si vous me demandez mon avis.

 

make

 

 

Lisez aussi ma série sur l’interprétation des patrons du commerce: Partie 1, Partie 1b, Partie 2Partie 3

La jupe de base

Par défaut

P1010442

En couture, tout ce que l’on peut créer est fait à partir d’une base – on dit donc la jupe de base, le corsage de base, la robe de base (faite à partir du corsage de base), etc. C’est ces bases que l’on apprend à construire, à nos mesures, aux cours de couture et coupe à plat de la ville de Paris. Ensuite on nous montre les modifications possibles.

Pour info, il existe des entreprises qui vendent ces bases de couture toutes prêtes à plusieurs tailles – des fois même sur mesure – pour que la patronniere expérimentée puisse les modifier à l’aise sans devoir tout redessiner à chaque fois. Ce magasin américain, par exemple, vend ces patrons de base – en anglais, « slopers » ou « sewing blocks ». Et voici un article très intéressant (en anglais) sur la création professionnelle de patrons de couture.

Cette jupe est la plus basique possible: une jupe droite, avec deux pences de chaque côté du devant et du dos, fermeture invisible sur le dos et ceinture droite, avec une fente de 12cm sur l’arrière. Vu que je l’ai faite un peu longue, elle me servira surement pour des occasions professionnelles.

P1010443

Elle ne tombe pas aussi bien sur le mannequin que sur mon corps (et mes habiletés de repassage laissent beaucoup trop à désirer), mais je pense qu’on peut déjà en faire une idée. La jupe est bien cintrée et j’aimerais bien qu’elle le fut encore un peu plus (je la trouve encore un peu large par rapport à ma propre taille), mais du à la morphologie de mon corps il aurait été nécessaire de modifier le patron et y ajouter une ceinture en forme au lieu de la ceinture droite – ce que je ferai surement pour ma prochaine jupe.

P1010444

Un détail de la fermeture à l’arrière avec le bouton. Au début j’avais mis une agrafe pour la fermer mais ça ne seyait pas bien. C’était donc utile d’apprendre à faire des boutonnières.

P1010445

Ma boutonnière est très moche et tordue car j’ai eu des problèmes avec la machine à mi-chemin; après avoir épuisé ma collection de jurons (et démonté la machine à moitié plusieurs fois) j’ai découvert que l’aiguille n’était pas assez épaisse pour traverser les deux couches de tissu plus le thermocollant. Mais ça se voit à peine (je le crois et je l’espère)  quand la jupe est mise.

P1010448

Et voici un détail de la fente; la doublure est cousue à la main sur le bord. Remarquez la belle finition en pointe (à droite). J’essayerai de faire un tuto pour cette finition (et d’autres) lors de la construction de ma prochaine jupe.

Ce qu’il me faut maintenant c’est de prendre le temps pour bien étudier les modifications possibles et créer une collection de jupes originales à mon gout (et à mon corps…).

Comment faire une boutonniere à la machine

Par défaut

Les dernières semaines ont été à peu près nulles pour la couture (excepté par les cours, qui de plus sont terminés pour l’année, snif) mais ce weekend j’ai pu finalement m’y dédier un peu. J’ai fait des réparations sur une petite dizaine de vêtements (à moi et à Monsieur) qui attendaient dans une pile un moment de patience et résignation de ma part. Et terminée cette tâche plutôt ingrate (mais étrangement gratifiante), j’ai décidé d’explorer un peu plus les ressources de ma machine et apprendre à faire des boutonnières.

P1010383

Vous pouvez voir qu’il a fallu plusieurs essais…

Les boutonnières à la machine ne sont certes pas aussi belles que celles faites à la main, surtout si cette main est professionnelle (ma prof de couture recommande les services de Mireille) mais pour une solution rapide et pratique c’est bien utile de savoir se débrouiller. Le plus important est, bien sur, *toujours* faire quelques boutonnières de test, de préférence sur le même tissu et à la taille désirée, pour être sur de ne pas gâcher la pièce principale.

J’imagine que toutes les machines sont différentes, mais pas autant que ça; j’espère donc que ce tuto puisse être utile à d’autres gens que moi !

Pour commencer, on va identifier les points de boutonnière à la machine. J’ai trouvé les miens pas élimination car ils n’étaient pas indiqués sur le manuel ¬¬.

P1010387

La boutonnière est créée en 4 étapes (càd les deux extrémités et les deux côtés). Les points sont indiqués tout à gauche dans ma machine. Là j’ai réglé la machine sur l’étape 1 pour commencer.

Ensuite, changez le pied presseur  de la machine pour le pied boutonnière. Il est réglable et présente des petites marques correspondantes aux mesures.

P1010385

Puis on va mesurer le bouton et tracer la boutonnière correspondante. Ma méthode est bien instinctive, comme montré sur la photo ci-dessous:

P1010388

Tracer le haut et le bas du bouton, puis unir ces deux traits par une ligne droite.

P1010392

Mettez ensuite le tissu à la machine, en faisant coïncider le début de la boutonnière avec la première marque du pied boutonnière  et en ouvrant ce dernier de manière à englober toute l’extension tracée. Le trait long doit être au centre de la « fenêtre » du pied boutonnière. J’espère que la photo soit plus claire que ces explications :

P1010393

Réglez la machine sur la premiere étape de la boutonniere et choisissez la longueur de point appropriée (sur ma machine, indiquée par un petit zigzag entre le 0 et le 1, en haut).

P1010394

Le plus le réglage est proche du 0, le plus les points seront rapprochés, et le plus il est proche du 1 le plus éloignés seront les points.

Ce que la machine va faire est coudre un rectangle de la taille choisie avec un zigzag menu, en laissant un petit espace au centre pour que le bouton puisse passer. L’étape 1 coud de haut en bas, 2 et 4 font les extremités et 3 coud de bas en haut. Baissez l’aiguille et commencez à coudre.

P1010395

Le pied boutonnière se ferme à la mesure que l’on coud, et en arrivant au bout il commence à coudre sur place. Faites attention pour ne pas le laisser trop faire en ce moment. Levez l’aiguille, en mettant le réglage de la machine sur la 2eme étape de la boutonnière. Cousez.  Attention: Sur la 2eme et la 4eme étapes, ne laissez la machine faire plus que 4-5 points ou la finition sera trop grossière.

Avec l’aiguille levée, choisissez l’étape 3 et cousez jusqu’à la premiere extremité de la boutonnière (cette fois la machine ne s’arretera pas automatiquement, faites donc attention au moment auquel il faut s’arrêter).

P1010397

Finalement, réglez la machine sur l’étape 4 (dans mon cas, elle est pareille à 2) et faites 4-5 points comme expliqué ci-dessus. Coupez le fil et retirez la pièce de la machine.

Voici la boutonnière sur l’envers et sur l’endroit:

P1010398

P1010399

Utilisez alors le découd-vite pour ouvrir la boutonnière, en déchirant le tissu.

P1010400

Et voilà, votre boutonnière est prête ! Sur un vêtement où il en faut plusieurs, faites attention à toutes les coudre bien identiques pour ne pas détruire l’effet d’ensemble.

P1010401

Il ne reste qu’à couper tous ces fils qui trainent…

C’est un garçon !

Par défaut

DSC03959

Oui, c’était un garçon mais ce n’est pas moi qui l’ai eu. Je voulais juste partager avec mes chers lecteurs le cadeau que j’ai fait – en couture, bien évidemment – pour le plus jeune marmot d’un de mes amis. Les patrons ne sont pas à moi – le chapeau c’est un projet très sympa qui s’appelle « He’s all boy »  qui à mon voir détruit le mythe selon lequel il est moins intéressant d’habiller des petits garçons que des petites filles – et les chaussures viennent d’ici. Les deux sont en anglais.

Le gamin ne les a pas encore portés car il est encore trop petit (ou c’est moi qui ai mal calculé la taille) mais je suis bien curieuse du résultat.

Toutes les pièces, ainsi que leurs doublures, ont été faites avec des vêtements récupérés aux puces – un vieux pantalon d’homme, un vieux tshirt (à l’intérieur du chapeau), des vieux pyjamas en polaire (à l’intérieur des chaussures).

J’ai encore des doutes sur mes instincts maternels, mais je pense que je ne suis pas une si mauvaise tata que ça…